Après être passés par Phnom Penh et avoir découvert les heures les plus sombres de l’histoire cambodgienne, il était temps de changer d’air. Et pour cela, rien de mieux que le sud du Cambodge, avec son ambiance plus relax, et notamment la petite ville de Kampot qui ne nous aura pas laissés indifférents.

Bienvenue à Kampot !

L’ambiance de la ville

Kampot est l’une des plus petites villes où nous sommes allés au Cambodge. Après un bref passage par Sihanoukville (principale ville touristique du sud du Cambodge, au bord de l’océan), nous voulions y prendre le temps de nous relaxer avant d’attaquer le Vietnam. A l’époque coloniale, il s’agissait d’un vrai lieu de villégiature très prisé. Aujourd’hui, le lieu redevient progressivement attractif, avec notamment les abords de son fleuve, très bien réaménagés. A noter également qu’il s’agit du lieu le plus propre où nous avons séjourné au Cambodge (les autres villes connaissent un vrai problème avec la gestion de leurs déchets). Le centre-ville n’est pas des plus rutilant mais a tout de même un petit charme qui fait le bonheur des quelques touristes. Il y a quelques restaurants sympas, une vraie boulangerie et les locaux se montrent très accueillants. Bref, on ne se sent pas oppressés et l’industrie du tourisme ne semble pas trop perturber la vie locale. On retrouve un semblant de « vie normale ».

Kampot : une ville internationale

On nous avait prévenus à Phnom Penh : beaucoup d’expatriés vivent à Kampot. Le propriétaire et gérant de la guesthouse où nous étions est allemand, tout comme l’un des agents immobiliers avec qui nous avons longuement discuté en centre-ville. J’ai également pu mettre en pratique les quelques mots de japonais que je connaissais dans le restaurant nippon de la ville, tenu par un vrai japonais… marié à une française !
Il faut dire que le cadre et le coût de la vie doivent en attirer plus d’un. La preuve : nous avons nous-mêmes passés quelques heures en compagnie du gérant de la plus grande agence immobilière de Kampot qui développe en ce moment même le premier vrai programme immobilier de la ville. Nous sommes allés jusqu’à visiter des terrains, notamment dans le « village international » où commence à se côtoyer une petite communauté d’étrangers.

Kampot et son Bokor National Park

Un projet qui laisse perplexe

L’une des principales attractions touristiques aux abords de Kampot est le Bokor National Park. Le nom laisse présager d’un lieu où la nature est prédominante. La route y menant est également sympathique, très sinueuse et y faire du scooter peut même être plaisant. Mais une fois arrivés, c’est plutôt l’étonnement, voire la consternation, qui prend le dessus. On se demande où l’on est et ce qu’il s’y passe. Il s’agit en réalité d’un parc fantôme ! Un énorme casino y trône en plein milieu. Son parking est désert, comme les routes du parc. En continuant, vous tombez sur une bâtisse coloniale à l’abandon, qui pourrait servir de lieu de tournage pour des films d’horreur. Cette impression n’est que renforcée par l’église (abandonnée également) que l’on aperçoit au loin dans la brume…

On comprendra un peu plus tard qu’il s’agit en fait d’un énorme projet immobilier à dimension pharaonique. De nombreuses constructions de logements sont en cours, et la plupart semblent à l’abandon. A l’entrée du parc, vous pouvez d’ailleurs aller voir la maquette de ce projet, d’une taille tout simplement incroyable. Si grande qu’elle occupe pratiquement un hangar à elle toute seule !

maquette Casino bokor national park

Quelques « curiosités » à visiter

En complément des « attractions » citées ci-dessus, sachez que ce parc regorge d’autres surprises toutes aussi étonnantes. Je pourrais par exemple citer les fameuses chutes d’eau… qui ne semblent être qu’un amoncellement de pierres lors de notre visite (ce n’était sûrement pas la bonne saison). A côté de ces « chutes », il sera possible d’aller manger dans ce qui est certainement la plus grande cantine du Cambodge : un bâtiment / hangar gigantesque où se battent 2 stands de nourriture et quelques tables et chaises…
Sur la route menant au parc, vous trouverez néanmoins un grand bouddha qui lui vaut le détour.

Malgré le portrait que je viens de vous dresser, je garde paradoxalement un bon souvenir de cette journée. De mon point de vue, il faut prendre cette visite au second degré. De plus, j’ai finalement trouvé cela assez amusant de me demander en permanence :
– « mais qu’est ce qui se passe ici ? »
– « mais c’est quoi cet endroit ? »
« ils sont fous ou quoi ?! »

Cela restera dans nos mémoires et le Bokor National Parc est bien parti pour recevoir le « What the F... Award » de ce tour du monde.

Les environs de Kampot

Balade en campagne

A quelques minutes en scooter de la ville, il est possible de se retrouver en pleine campagne et de découvrir une autre ambiance, plus paisible. Ce sera notamment le cas si vous souhaitez aller visiter les marais salants, les fermes de poivres ou encore le « secret lake » à une quinzaine de kilomètres de la ville. Aucun panneau ne vous l’indiquera, mais les villageois n’hésiteront pas à vous faire signe pour vous mettre sur le bon chemin. Et puis, si vous vous perdez, peu importe : parcourir les chemins de campagne est en soi un réel plaisir !

La petite ville de Kep

A environ une demie-heure de scooter de Kampot se trouve la petite ville de Kep. L’ambiance y est encore plus détendue qu’à Kampot. Vous trouverez tout d’abord le réputé marché aux crabes de la ville avec ses quelques restaurants. Vous tomberez ensuite sur la plage, qui loin d’être bondée, est le lieu attirant le plus de touristes. Le centre-ville de Kep se situe quelques centaines de mètres plus loin. Les rues y sont quasiment désertes, bien que non dépourvues de charme. Une ville très calme !

Vous l’aurez compris, nous ne serons que trop vous conseiller de prendre quelques jours afin de découvrir la ville de Kampot et ses environs, qui resteront l’un de nos coups de cœur de ce tour du monde. Il n’y a rien d’extraordinaire à y voir, mais nous avons particulièrement aimé l’ambiance de la ville et son côté paisible. Une région du Cambodge qui mérite de retrouver sa gloire d’antan.

Le monde est petit !

Alors que nous prenions un peu de bon temps dans notre guesthouse de Kampot afin de recharger nos batteries pour le Vietnam, je décide d’aller prendre des nouvelles d’Alix et Guillaume, un couple de tourdumondistes que nous avions rencontré en août, au Brésil, et avec qui nous étions partis quelques jours en expédition en Amazonie. Et devinez quoi : ils sont au Cambodge ! Mieux : ils arrivent sur Kep le lendemain. Ce fut donc l’occasion de se revoir le temps d’une journée et de partager nos aventures. Le monde est effectivement petit !

Leur blog : http://alix-guillaume.travelmap.fr/

Alix et Guillaume Kampot

Laisser un commentaire