Ou titre alternatif : le Machu Pudsous…

Nous aurons bien galéré pour aller le voir, ce fameux Machu Picchu.
On pourrait se dire qu’en tant qu’une des « sept nouvelles merveilles du monde », l’organisation autour de ce dernier devrait être plus que bien huilée, et accessible à n’importe quel touriste… et bien ce n’est pas si évident, sauf si vous avez un porte-monnaie extensible.

Comment se rendre au Machu Picchu et quel est le budget nécessaire ?

Il aura fallu en lire de la documentation pour essayer de trouver le meilleur moyen pour y aller. Même si en fin de compte cela ne fut pas si compliqué, trouver un moyen économique et pratique pour s’y rendre est un sacré challenge.

La solution la plus simple reste celle du train. Un train part en effet de Poroy (Cuzco) jusqu’à Agua Calientes, la ville se situant « au pied » du Machu Picchu. Ci-dessous les liens vers les compagnies operant ces trajets.

Peru Rail : http://www.perurail.com/

IncaRail : http://incarail.com/

Il y a également une station de train à Ollantaytambo. Pour tenter d’économiser quelque peu, nous décidons de prendre un collectivo / minivan jusqu’à cette gare, puis de prendre le train jusqu’à Agua Calientes.

Pour le retour, nous sommes directement partis d’Agua Calientes à Cuzco, ou plutôt à Poroy, la gare ne se trouvant pas directement dans la ville (oui, il a également fallu payer un taxi pour revenir).

Cet aller-retour nous aura coûté la bagatelle de 274 €…

Train Machu Picchu
A savoir également qu’une fois à Agua Calientes, il faudra prendre un bus pour se rendre à l’entrée du Machu Picchu. L’aller-retour coûte tout de même 22€ par personne… A noter également que le premier bus part à 5h30 et que malgré notre arrivée dans la file d’attente à 4h45, il y avait déjà foule. Malgré tout, ça débite pas mal et l’attente n’est pas si longue une fois l’armada de bus mise en route.

Et puis forcément, il faudra un billet pour y entrer. Le billet ne s’achète qu’en ligne ou alors dans l’agence officielle à Cuzco : 38 € par personne. Pour information, le prix d’entrée pour les étrangers est le double de celui payé par les péruviens et les pays voisins…

Pour acheter vos billets en ligne, c’est par ici : Billets pour le Machu Picchu

Faisons les comptes : 274 + 76 + 44 = 394€ / 2 = 197€ par personne.

Il existe bien sûr des solutions alternatives moins coûteuses, notamment si vous avez le temps, que vous êtes prêts à enchaîner les collectivos jusqu’à Santa Teresa puis à faire des dizaines de kilomètres à pied…

Nous avions lu que le Machu Picchu était une vraie cash machine, on en a maintenant la confirmation.

Une fois sur place :

C’est assez dubitatif donc que j’arrive sur le site. Le temps perdu pour se renseigner, faire le déplacement ainsi que l’argent dépensé ne me mettent pas forcément dans les meilleures conditions. En plus, il est censé pleuvoir (et il a fortement plu la veille au soir)…

Ci-dessous, la première vue qui s’offre à nous depuis les premières terrasses après l’entrée. Avec un soupçon de mauvaise foi, je me dis « mouais, bof… c’est bien… ».

Le Machu Picchu
Étant parmi les premiers visiteurs, nous décidons de faire la marche vers « Intipunku », la porte du soleil qui marque aussi la fin de l’Inca trail (pour les courageux qui décident de marcher pendant plusieurs jours pour rejoindre le site). Cette marche se fait en environ une heure.

Au fur et à mesure de cette marche, et sous finalement un grand soleil, j’oublie progressivement le fait d’avoir été pris pour une vache à lait par l’état péruvien :

Intipunku - Machu Picchu
Une fois au sommet, une petite pause s’impose pour profiter de la vue :

Vue du Machu Piicchu
Nous retournons par la suite aux abords directs du site, où certains points du vue nous laissent contemplatifs du site dont le charme réside surtout de par son emplacement au milieu de nul part, niché dans les montagnes…

Et forcément, chacun de ces spots fait l’objet de quelques clichés  :

Le Machu Picchu

Maison du gardien - Machu Picchu

Avant d’entrer réellement dans l’ancienne cité Inca, nous faisons une dernière petite marche vers le pont de l’Inca. La marche n’est pas très longue, tout comme le pont finalement…

Pont de l'inca - Machu Picchu

Nous pénétrons finalement dans le site, qui s’avère bien plus impressionnant que ce nous en pensions vu d’en haut.

Intérieur du Machu Picchu
Au passage, nous croisons un autre touriste français. Et oui, Serge est déjà sur les lieux :

Lama au Machu Picchu
La visite durera finalement 6 bonnes heures. Malgré tout, le site aura réussi à nous convaincre. On se plaît à imaginer cette cité encore active et à se demander comment et pourquoi s’être installé là… bien que les historiens supposent que ce site faisait office de lien entre les Andes et l’Amazonie.

Un site plein de mystère donc, dont encore aujourd’hui on ne sait pas grand chose.

Bon allez j’avoue, j’ai passé une bonne journée…

Cette journée se terminera d’ailleurs par notre retour en train, marqué par un folklore assuré par les employés de la compagnie. Au programme : déguisement en diable et défilé de mode péruvien ! On imagine mal les contrôleurs SNCF faire la même chose : grève assurée !

N’hésitez pas à liker cet article (voir ci-dessous)  s’il vous a plu !

6 COMMENTAIRES

  1. Salut les voyageurs !
    on vient de découvrir vos photos du Machu picchu qui nous ont fait revivre ce superbe moment.
    Nous espérons que votre voyage continue à bien se passer.
    Pour nous, en ce moment c’est l’Argentine ! Comme le Machu Picchu, ici les prix sont complètement fous, de quoi se ruiner en quelques jours. Mais c’est tellement beau! Prochaine étape, le Chili !

    Super voyage à vous!
    Guillaume et Alix

    • Salut !
      Nous venons aussi d’arriver en Argentine (Salta) depuis le Chili et effectivement on voit la différence (d’autant plus qu’on a un mal fou à retirer du cash).

      Si vous avez l’occasion de passer par San Pedro de Atacama au Chili, allez-y, on a trouvé ça pas mal.

      Bon voyage à vous !

    • Hello,
      Dans l’article sur le lac Titicaca, il y a nos bières sur les îles Uros lol. Mais c’est vrai que je n’ai pas rempli le défi au Pérou/Bolivie du fait de l’altitude pour limiter la sorroche… Je me rattraperai en Argentine. Quilmes !

Laisser un commentaire