Si vous hésitez encore à venir en Nouvelle-Zélande, cette région va définitivement vous convaincre à faire le déplacement jusqu’à l’autre bout du monde. Mystérieux, le Milford Sound est pour nous un peu comme l’apothéose de notre road-trip Néo-Zélandais. Découvrez les musts de la région de Queenstown et du Parc National Fiordland.

Queenstown et sa région

Avant de descendre vers le Milford Sound, un passage à Queenstown est presque inévitable. Queenstown est une petite ville dynamique de 11 000 habitants nichée dans les montagnes en bordure du lac Wakatipu. La région est connue pour la pratique de sports extrêmes et pour la diversité des activités proposées. Parmi celles-ci, vous laisserez-vous tenter par un saut à l’élastique chez AJ Hackett Bungy ? Ou encore par du jet board ? Pour un peu plus de calme et moins d’adrénaline, vous pourrez toujours faire bronzette autour du lac ou prendre un verre dans l’un des nombreux bars/restaurants.

Autour de Queenstown, nous vous conseillons les lacs Hawea et Wanaka; ce dernier bordant une agréable ville du même nom.

La visite de la toute petite ville d’Arrowtown, à une vingtaine de kilomètres de Queenstown, vaut également le détour. Ses allures de Far-West, son village chinois et ses promenades sauront vous charmer. Si l’envie d’aller au cinéma vous dit, ses 2 salles vous donnerons l’impression d’être comme à la maison (le grand écran en prime).

Enfin, perché entre Queenstown et Arrowtown vous attend un magnifique mirador (au croisement entre Coronet Peak Road Skippers Road).

belvédère queenstown

Le parc national Fiordland

Qu’est ce qu’un Fiord (ou Fjord) ? Il s’agit d’une vallée ayant été formée par des glaciers lors de la période glaciaire, mais qui à fait place à la mer lors de leur retrait.

Le parc national Fiordland est le plus grand parc de Nouvelle-Zélande avec ses 1,2 millions d’hectares. Inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, ce parc regroupe plusieurs Fiords dont Milford Sound et Doubtful Sound. Seul le premier est accessible en voiture. Le second, plus sauvage encore et moins touristique est accessible en bateau. Des départs y sont réalisés tous les jours depuis Manapouri. En ce qui nous concerne, nous n’avons fait que le Milford Sound.

Outre les sandflies présents dans tout le Fiordland, la région abrite le seul perroquet alpin au monde : le KEA. Réputé intelligent, faites attention à vos affaires et à votre véhicule car il aime chaparder et arracher le caoutchouc (en seulement quelques minutes d’arrêt en bord de route, un KEA a réussi à retirer des parties de caoutchouc autour de la portière passager…).

Où loger pour visiter au mieux le Milford Sound ? La ville de Te Anau est un bon point de chute pour pouvoir partir tôt visiter le Milford Sound. Il y a un bon choix de logements, de restaurants et plusieurs supérettes. Notre choix s’est cependant porté sur la ville de Manapouri, à 15 kilomètres au sud de Te Anau. Autant le dire, l’offre de logement et de restauration est plus que limitée, et il n’y a aucune supérette. Bref, il n’y a rien à faire. Mais c’est en fin de compte idéal pour se ressourcer et assez drôle d’atterrir dans un pub/restaurant perdu au milieu de nulle part, avec son gérant à l’accent improbable. Si vous partez de Queenstown, il faudra partir tôt car le trajet entre Queenstown et Te Anau dure déjà deux bonnes heures…

Et le voilà… le Milford Sound

Au cœur du Fiordland, il est dit que la route menant au Milford Sound (state highway 94) est encore plus belle que le Milford lui-même. Premier arrêt donc au centre de visiteurs à Te Anau afin de récupérer le plan des différents points touristiques et les informations du jour. En effet, selon les périodes (hiver), il sera nécessaire d’équiper le véhicule de pneus neiges pour parcourir la route. Il faut compter deux bonnes heures de route entre Te Anau et le Milford Sound sans arrêts, mais les différents points d’intérêts tout au long des 120 kilomètres allongeront significativement le temps passé. Prévoir ainsi une journée entière et partir tôt pour ne pas avoir à sacrifier certains spots. Pensez également à faire le plein d’essence avant de partir car vous ne trouverez pas de stations en chemin.

Ainsi, il n’y a pas moins de 32 points d’intérêts entre Te Anau et Milford Sound. Certains incluent des randonnées de quelques dizaines de minutes à quelques heures. Si on ne devait retenir que 10 spots :

  • Eglinton valley et ses lupins ;
  • Mirror Lakes, qui comme le nom l’indique reflètent à merveille les montagnes environnantes (sauf en cas de vent ou de passage de canards créant des ondes sur les lacs…). Le lieu est touristique mais il est assez petit en soi ;
  • Lake Gunn ;
  • Key summit ; cette marche de 3h aller-retour donne une vue spectaculaire sur le parc national Fiordland ;
  • Pops View et sa vue sur la vallée Hollyford (attention aux KEAs) ;
  • Lake Marian ; nous ne sommes pas allés jusqu’au lac car le ciel se faisait menaçant, mais une marche d’une quinzaine de minutes en suivant ce sentier permet d’arriver à une série de cascades. Il semble cependant que le lac Marian vaille aussi le coup ;
  • Humboldt falls ; la ballade à travers la forêt tropicale mène à une vue sur une cascade assez haute ;
  • Homer Tunnel ; ce tunnel à travers la roche n’a en soi rien d’exceptionnel, mais le paysage environnant en fait un des points d’intérêts les plus connus de la State Highway 94 ;
  • The Chasm et ses cascades à l’eau bleutée ; par ailleurs, le forêt y menant a des allures de forêt magique où l’on s’attend à voir surgir des elfes.
  • Milford Sound ; certaines scènes du Seigneur des Anneaux y ont été tournées. Vous aurez la possibilité de réserver une croisière dans le Milford ou de voir du corail noir dans la réserve marine.

Le climat dans le Fiordland peut changer très rapidement. La pluie est fortement présente tout au long de l’année, façonnant le paysage et les cascades du parc. Après avoir parcouru le trajet aller sous le soleil, nous repartions du Milford sous la pluie et le brouillard. Les agences de voyage proposant des excursions en bus à la journée ont l’habitude de dire que le Milford est encore plus beau sous la pluie, car les cascades sont à leur paroxysme. Pour avoir vu les deux faces du Fiord, nous avons largement préféré la partie ensoleillée. Trop de brouillard au retour pour pouvoir apprécier le paysage, même s’il semblait que le nombre de cascades et le débit d’eau avaient un peu augmenté. Toujours est-il que prévoir des vêtements en conséquence et un parapluie n’est pas de trop.

Conseil : des tours en bus organisés à la journée partent de Queenstown ou de Te Anau. Si cela permet d’éviter la fatigue due à la conduite, vous n’aurez néanmoins pas la liberté de choisir les arrêts au gré de vos envies. Possibilité également de réaliser depuis ces villes des vols en avion au-dessus du Fiordland, ce qui peut être une belle option lorsque le ciel est dégagé.

La Nouvelle-Zélande a tenu ses promesses ; sauvage et naturelle, elle n’a pas mis longtemps pour nous séduire avec ses immenses pâtures plus vertes que vertes, sa côte escarpée, ses plages désertes, ses montagnes enneigées, ses lacs colorés, ses glaciers, son activité géothermique et sa culture Maori. Bien préservée, saviez-vous que l’on y trouve plus de moutons que d’habitants ?

1 commentaire

  1. Bonjour à tous les deux,
    Bonne et heureuse année 2016 là bas au bout du monde !
    Profitez bien de chaque instant à mi-chemin de votre périple et rendez-vous à la prochaine étape…
    Bises.
    Béatrice

Laisser un commentaire