Encore de la plage et de la randonnée, cette fois direction Saco de Ceu, où se fréquentent les plus aisés.

En tour du monde, on peut facilement la notion du temps…

Nous n’avions pas prévu grand-chose pour cette 4ème journée à Ilha Grande, si ce n’est de déménager d’une guest-house à une autre car nous avions dû raccourcir notre séjour à Paraty d’une journée (la prochaine destination), faute d’hôtel disponible (festival durant le week-end).

Sauf que, pour la première fois depuis que nous voyageons, nous nous sommes complètement plantés dans les dates ! Les sacs sur le dos, nous passons devant Giovanni, le gérant, en le remerciant et en lui disant au revoir. Et là, il nous regarde bizarrement, sort son cahier… nous ne devions partir que le lendemain ! Sur le coup, un peu en stress, je me dis qu’on a fait une double réservation pour la nuit à venir… mais non ! Tout va bien, on a juste été nuls… On se marre tous ensemble et Giovanni me demande si je n’ai pas abusé de la bouteille la veille.

Malgré tout, c’est assez bon signe. Lorsque l’on commence à devoir réfléchir pour savoir quel jour on est, c’est que ce sont les vacances qui rentrent.

Bref, on a donc une journée de bonus sur l’île. Ça tombe bien, j’ai un gros mal de tête. On va donc vite fait bien fait à la plage la plus proche histoire de se promener un peu puis on rentre et je me mets en mode « grosse larve » dans notre chambre. Une journée bien chargée en somme.

Excursion à Saco de Ceu :

Notre dernier jour à Ilha Grande sera lui réellement chargé. On change cette fois de maison d’hôte et on décide de s’aventurer le plus loin possible sur l’île, si possible jusqu’à la baie de Saco de Ceu, à 3 heures de marche. Cette fois, pas de possibilité de revenir en bateau, donc il faudra compter 6 heures de marche pour l’aller-retour.

C’est reparti donc pour une nouvelle randonnée, où l’on s’aperçoit que plus l’on s’approche de Saco de Ceu, plus les abords ont l’air luxueux et plus les plages sont désertes (praia de camiranga – praia de Flora etc…).

saco de ceu

Après plus de 2 heures de marche (et quelques dizaines de minutes perdues à chercher le bon chemin – notre destination n’étant soudainement plus indiquée), on décide de faire un break, notamment parce que l’on s’est fait avoir par la marée et que nos chaussures sont trempées… Nous nous faisons accoster en anglais par un brésilien, un certain Paolo, au bord du ponton (un brésilien parlant bien anglais !). Surprise, il parle aussi plutôt bien français !! Première vraie rencontre avec la classe supérieure brésilienne, celle qui est allée, et surtout qui est restée à l’école. Il est ingénieur, sa femme travaille pour L’Oréal à Rio… Il nous montre son bateau, accosté un peu plus loin. Et finalement, il décide de partager un peu de son champagne brésilien.

On arrive finalement à Saco de Ceu. Un hélicoptère garé dans un jardin confirme nos avis quant au côté plus huppé de cette partie de l’île.

Il commence à se faire tard, et nous nous engageons dans un contre-la-montre à travers la forêt en reprenant le même chemin qu’à l’aller pour rejoindre la ville d’Abraao avant la tombée de la nuit (que nous gagnons, forcément, étant donné notre nouvelle condition physique irréprochable).

Ilha Grande - Saco de Ceu

Laisser un commentaire