Après notre excursion sur les baies d’Halong et de Lan Ha, et face à la fraicheur et le calme de Cat Ba en basse saison, nous décidons de rallier plus vite Hanoi (et espérons y trouver un meilleur logement, un minimum isolé du froid). Pas vraiment fans des villes et après être passés par Ho Chi Minh, nous n’attendons pas grand chose de la capitale du Vietnam. C’est peut-être la raison pour laquelle nous avons été autant surpris de l’ambiance de la ville : simplicité, authenticité & gastronomie étaient au rendez-vous.

Au fil de ce tour du monde, nous avons complètement laissé tomber l’anticipation et la préparation des étapes. Nous avons bien un fil directeur mais nous les découvrons au fur et à mesure et avisons sur place; par manque de temps sûrement tant nos journées sont chargées (quel comble quand on a que ça à faire ! mais on ne veut pas perdre une miette de cette aventure) mais aussi grâce à un lâcher-prise acquis très vite finalement. Les questions du type : Que faisons nous aujourd’hui ? Comment allons-nous là-bas demain ? Où va-t-on dormir ? sont encrées dans notre quotidien depuis plusieurs mois déjà. D’un autre côté, tout est tellement si simple en Asie:  il y a des services pour tout et tout peut se monnayer et se négocier. ll n’y a qu’à demander à son hôte. C’est donc dans cet état d’esprit que nous arrivons à Hanoi, en plein coeur de la vieille ville. Je vous invite donc à découvrir Hanoi à travers ce récit et ses illustrations parsemées.

Hanoi ou Ho Chi Minh ville ?

Très vite, on se rend compte qu’ Hanoi n’a pas grand chose à voir avec Ho Chi Minh ville. Les scooters sont toujours aussi présents, mais il y a aussi de nombreux vendeurs ambulants, des pousse-pousse et la possibilité de manger à tous les coins de rue, assis sur de petits tabourets ornant les trottoirs. Les rues de la vieille ville sont animées le soir et les nombreux bars font la joie des touristes. Des boutiques en enfilade commercent les mêmes objets (concurrence ? c’est quoi ça !?) et l’on y trouve même des coiffeurs installés sur les trottoirs…

En s’aventurant quelques peu hors des ruelles de la vieille ville, nous tombons sur un marché alimentaire. Et au Vietnam cela semble assez simple : tout ce qui est vivant se mange… d’ailleurs, c’est bien connu, le chien est l’un des mets vietnamien. Mais comment se fait-il qu’en un mois de temps passé au Vietnam, nous n’avons rien vu qui ressemblait de près ou de loin à un saucisson de chien ? Nous avons donc mené l’enquête… Et quelques ruelles un peu à l’écart des spots touristiques, nous trouvons des étalages de bouchers/charcutiers. Âmes sensibles s’abstenir, mais c’était quand même dommage de ne pas le voir de ses propres yeux : cela fait partie de la culture du pays. Pas de photo sur le sujet dans cet article, mais si vous êtes tout aussi curieux que nous, vous en trouverez sur notre page Facebook.

Bref, pour son ambiance mélangeant à la fois tourisme & authenticité, le gagnant est Hanoi.

A l’assaut d’Hanoi

Sur la thématique culturelle, nous décidons de visiter le musée de la femme. Je ne sais pas ce qu’il m’est passé par la tête ce jour-là. Rien d’exceptionnel à mon sens, mais cela aura eu le mérite de nous expliquer un peu le quotidien de ces femmes vendeuses de rue, des ethnies vietnamiennes et des femmes qui ont eu une part active dans la guerre du Vietnam.

Et c’est donc naturellement que nous sommes allés rendre visite à l’oncle Hô, ou plutôt ce qu’il en reste. Cette figure emblématique du Vietnam a été embaumée et repose à présent dans un mausolée sous haute surveillance. On peut également y visiter ses lieux historiques d’habitation ainsi que le musée Ho Chi Minh. Une visite intéressante en soi, qui permet de découvrir la facette « propagandée » d’Ho Chin Minh. A tel point que l’on en ressort en ce demandant : « mais au fait, c’était un gentil ou un méchant au final ? »

Et pour cette dernière étape au Vietnam, rien de tel que de se remplir la panse de délicieux mets vietnamiens. J’ai souvent vanté cette cuisine qui m’est apparue variée et goûteuse. Pas une seule lassitude en un mois passé dans le pays. Et cela tombe bien, car la vieille ville d’Hanoi regorge de petits restaurants simples et sans chichis. Remarquez d’ailleurs avec quoi nous coupons notre viande !?

que faire à hanoiHanoi s’est révélé être une fin idéale de notre séjour dans ce pays, qui malgré plusieurs désagréments a finalement su nous séduire au fur et à mesure que nous avancions vers le Nord. Cap à présent vers un gros morceau plein d’attentes : la Chine !

Informations pratiques (2016) :

  • Entrée musée de femme 30 000 Dongs (environ 1,5€)
  • Entrée mausolée Ho Chi Minh : gratuit
  • Entrée musée Hi Chi Minh : 60 000 Dongs (environ 3€)
  • Entrée palais royal : 60 000 Dongs (environ 3€)

Laisser un commentaire