La Chine ne nous ayant pas ouvert ses portes tout de suite, nous décidons de faire une boucle par les Philippines, un pays de plus de 7000 îles. Le billet d’avion au départ de Hong Kong est abordable et les plages semblent paradisiaques… de quoi d’emblée nous séduire. Récit en images de notre séjour dans l’archipel des Visayas, sur les îles Panglao et Bohol.

La petite soeur de Bohol (Panglao)

Autant le dire tout de suite, Panglao nous a surtout marqués pour ces plages. En effet, plusieurs jolies étendues de sable bordent l’île, dont notamment :

  • Alona beach – très facilement accessible, elle aussi entourée d’hôtels, bars et restaurant. Une ambiance sympa pour prendre un verre mais un peu moins tranquille pour se baigner. On peut y organiser des sorties de plongée ou de snorkeling. Mais ne faites pas comme nous, nous avons eu la mauvaise idée d’intégrer un groupe de plongée pour faire du snorkeling autour de l’île de Balicasag. Mais les spots n’étaient pas du tout adaptés à une activité masque-tuba !
  • La plage de Dumaluan – notre coup de coeur. Les couleurs sont magnifiques, nous y sommes retournés plusieurs fois lors de notre séjour. Je vous laisse juger par vous-mêmes les photos.
  • La plage de Doljo – pas vraiment mémorable, surtout en marée basse où les bateaux reposent à même les algues emprisonnées sur le sable. Cela dit, non loin de là se trouve le ‘Doljo mangrove mini forrest’, qui permet d’admirer le coucher de soleil si l’on fait abstraction des quelques singes en cage à la limite de la maltraitance…

Par ailleurs, Panglao ne se limite uniquement à des plages car de nombreuses églises sont présentes un peu partout (île de Bohol incluse) et notamment l’église « Our Lady Assumption Church », qui comme de nombreux bâtiments, est en reconstruction suite au violent séisme ayant touché l’île de plein fouet en 2013. Cette église a pour particularité d’abriter une source miraculeuse et guérisseuse (dixit ses habitants). C’est donc tout naturellement que nous nous fournissons de cette eau (on ne sait jamais, hein !).

Une autre curiosité de l’île, comme nous avions un peu de temps à tuer, est la grotte Hindangan (rien d’exceptionnel mais pour 1 € l’entrée, autant aller voir…).

Bon OK, et Bohol dans tout ça ?

Il est très facile de rejoindre Bohol depuis Panglao, car les deux îles sont reliées par une route/ pont. Cela tombe bien, car ça nous a permis de davantage découvrir les environs. Une location de scooter plus tard…

  • En route vers Chocolate Hills, la fameuse attraction de l’île. Elle doit son appellation à son look rappelant des tablettes de chocolat. Bon je les cherche toujours, mais le paysage est vraiment sympa. Et la route partant de Loboc pour s’y rendre permet de traverser des forêts et les rizières du Batuan. Un paysage bien différent de celui de Panglao.
  • Départ à la rencontre du plus petit mammifère au monde, le Tarsier, qui pour la petite histoire a inspiré la création du personnage de maître Yoda dans Star Wars. Trop mignon… ou trop flippant… à vous de choisir !
  • Traversée du village de Loboc, connu pour ses activités sportives type Paddle;
  • Arrêt à Baliaut Natural Spring (petite curiosité avec une belle couleur de l’eau, mais malheureusement entourée de béton)

Bref, ce petit stop aux Philippines a vraiment été un moment reposant. En plus de ça, je retiendrai l’accueil des philippins, malgré la pauvreté visible (les catastrophes naturelles n’aidant pas), l’omniprésence de la religion, le tunning des moto-taxi et des bus… et à la toute fin, la taxe de départ à l’aéroport ! (un peu moins sympa celle-là).

Informations pratiques 2016 :

  • Déplacement privilégié : la moto-taxi (une sorte de mobylette avec une petite cabine accolée pouvant accueillir des passagers) et la location de scooter pour aller plus loin sur Bohol à moindre coût.
  • Entrée chocolate hills : 1 €.
  • L’accès à la plage de Dumaluan est payant (1€)

PARTAGER
Article précédentHong Kong : mes impressions en image !
Christelle
J'aime les voyages, les découvertes et les citations. D'ailleurs, en voilà une sympa : « On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une », Confucius.

Laisser un commentaire